doute

Gratter, creuser

Je ne sais pas quoi écrire. J’écris, parce qu’il le faut bien. Mais là, il n’y a rien qui me vient. Alors je cherche, je me gratte la barbe d’un air pensif, comme si ça m’aidait à me creuser les méninges.

Il faut se lancer. Alors j’écris que je ne sais pas quoi écrire. Le genre de sujet qui, quand tu cognes dedans, ça sonne creux. Des ornements, c’est ça qu’il faut. Pour que quand ça résonne, l’écho sonne agréablement à l’oreille. Mais parfois, je ne sais pas faire. Je peux essayer de jouer en faisant les plus horribles des phrases. Mais ça aussi, c’est pas évident.

Pas de substance. Pas d’écho. Patauger. Impossible d’avancer. Alors pourquoi se forcer à aller devant soi ? Plutôt s’enfoncer, s’enliser. Je gratte. Je creuse.